Aller au contenu

Elon Musk s’interroge: ‘Si je suis si malin, pourquoi ai-je payé si cher pour Twitter?’

Quand on est à la tête d’une fortune de 230 milliards de dollars, il est peut-être facile de plaisanter sur le fait de dépenser 44 milliards dans une acquisition.

C’est exactement ce qu’a fait Elon Musk, vendredi, lors d’une conférence à Paris.

« Si je suis si malin, pourquoi ai-je payé si cher pour Twitter alors? » a-t-il lancé.

Cette petite blague, une façon tout à fait Muskienne de reconnaître que l’affaire a été « coûteuse ».

Mais pourquoi une telle décision?

Un sauveur de civilisation

L’homme derrière SpaceX et Tesla a décidé d’acheter le réseau social car il était un grand tweeter – et il était inquiet de voir l’application « aller dans une mauvaise direction ».

« J’étais préoccupé par le fait que Twitter avait un effet négatif sur la civilisation et un effet corrosif sur la société civile. Tout ce qui porte atteinte à la civilisation, je pense, n’est pas bon », a-t-il déclaré lors de la conférence VivaTech.

Il a également exprimé son aspiration à faire de Twitter une force positive pour la civilisation.

Le grand nettoyage du cyberespace

Depuis qu’il a pris le contrôle fin octobre, Twitter a été largement assaini, selon les propos de l’homme le plus riche du monde.

« Je pense que si quelqu’un est un utilisateur régulier de Twitter, alors la plupart des gens diraient que leur expérience s’est améliorée », a déclaré Musk.

« Nous avons éliminé 90% des bots, des arnaques et diverses mauvaises choses. Nous avons éliminé 95% du matériel d’exploitation infantile sur Twitter, ce qui était choquant à voir… certaines choses qui se passaient depuis 10 ans. »

LIRE   Cette interview avec Elon Musk en 1999 explique son immense succès

Épilogue: déjeuner de milliardaires

Plus tôt vendredi, Musk a rencontré Bernard Arnault, la deuxième personne la plus riche du monde et PDG de LVMH, pour déjeuner à l’hôtel Cheval Blanc de la société.

Le fils d’Arnault, Antoine, a posé à Musk certaines questions lors de la conférence, en demandant notamment « combien de temps » Musk allait faire « mauvaise figure » à LVMH, étant donné que la valeur de marché de Tesla, 800 milliards $, était bien supérieure à celle de LVMH, 415 milliards $.

Musk a répondu:

« Les évaluations sont une chose étrange parce que parfois j’ai dit que le prix de l’action était trop élevé chez Tesla et puis le prix de l’action monte et je suis genre ‘d’accord’. Quand je tweete que c’est trop haut, ça monte presque toujours. Dans le cas de Tesla, la valeur de l’entreprise est principalement basée sur l’autonomie. »

Il semblerait qu’Elon Musk, entre son humour décalé et ses projets visionnaires, continue de réinventer les règles du jeu.

De Twitter à Tesla, l’homme d’affaires montre qu’il est possible de rire de soi, même lorsqu’on est l’homme le plus riche du monde.