L’oligarque russe Mikhail Fridman dit qu’il ne peut pas utiliser ses cartes bancaires

Les sanctions occidentales ont privé Mikhail Fridman de ses milliards, a déclaré dimanche l’oligarque russe à CBS News.

« Ma carte est bloquée », a-t-il dit, expliquant que sa carte de guichet automatique ne fonctionnerait pas s’il la mettait dans une machine. Il a ajouté : « Tous mes comptes sont bloqués. »

Une fortune personnelle de 12,2 milliards $ selon Forbes !

Lorsqu’il a été interrogé par le correspondant de CBS, Seth Doane, qui a déclaré que le manque d’argent du milliardaire était « difficile à croire », Fridman a nié avoir accès à des comptes bancaires.

« C’est pourquoi je suis ici, parce que je voudrais m’expliquer », a répondu Fridman. Il a déclaré que les sanctions étaient « injustes » et « inutiles ». Il a ajouté: « Pour quoi? Qu’avons-nous fait de mal, à part faire des affaires en Russie? »

Fridman, qui a fondé la plus grande banque privée de Russie, a été placé sur les listes de sanctions de l’UE et du Royaume-Uni après l’invasion de l’Ukraine. Alors que le milliardaire dit qu’il est un homme d’affaires privé sans aucun lien avec le président russe Vladimir Poutine, l’UE dit qu’il est un « facilitateur du cercle restreint de Poutine. »

Une allocation d’un peu moins de 3 300 $ par mois !

Dans une interview avec Bloomberg publiée plus tôt ce mois-ci, Fridman a déclaré qu’il devait remplir une demande pour dépenser de l’argent au Royaume-Uni, qui a ensuite été examinée par le gouvernement britannique. Cela lui a laissé une allocation d’un peu moins de 3 300 $ par mois, a-t-il déclaré à la publication.

Fridman, qui est né en Ukraine, a été l’un des premiers oligarques russes à dénoncer la guerre dans un message envoyé aux employés de sa société d’investissement, LetterOne.

Mais sa réaction publique s’est arrêtée lorsqu’il s’est agi de critiquer directement Poutine – une action qui, selon lui, pourrait amener le président russe à le punir comme un « ennemi de l’État. »

Alors que les responsables gouvernementaux espéraient que sanctionner les oligarques russes ferait pression sur le Kremlin pour qu’il repense sa guerre contre l’Ukraine, Fridman a déclaré à Bloomberg et à CBS qu’une telle réflexion démontrait une incompréhension du contrôle total de Poutine.

Advertisement