Aller au contenu

Netflix accorde 55 millions $ à un réalisateur pour une série. Il dépense l’argent en actions, 5 Rolls-Royce et Dogecoin

Il n’y a pas si longtemps, Netflix et Amazon dépensaient des fortunes pour des films et des séries haut de gamme afin de gonfler leurs abonnements.

Une époque révolue, mais une histoire des plus étranges impliquant le cinéaste Carl Erik Rinsch et Netflix vient de faire surface.

Le marché farfelu: Une bataille d’offres pour l’insensé

Carl Erik Rinsch, connu pour « 47 Ronin » de 2013 (un échec majeur au box-office), a déclenché une guerre d’enchères entre Amazon et Netflix pour sa série de science-fiction centrée sur l’intelligence artificielle.

Netflix a gagné, offrant à Rinsch un budget colossal, un contrôle total et une surveillance complète du budget.

Les choses ont rapidement pris une tournure étrange.

Délires créatifs: Comment gaspiller 55 millions $ Netflix

Peu après la signature, Rinsch aurait connu des épisodes psychotiques liés à un médicament contre le TDAH.

Son comportement est devenu imprévisible, manquant des délais et faisant des déclarations absurdes.

Netflix a investi 55 millions $ sans obtenir un seul épisode.

Rinsch a dilapidé le budget en placements boursiers risqués et en dépenses de luxe.

LIRE   Ce millionnaire refuse de payer 2,5$ pour une tasse de café!

Les dépenses absurdes: Des Rolls-Royce, une Ferrari et… Dogecoin?!

Avec l’argent destiné à la production, Rinsch aurait acheté 5 Rolls-Royce, une Ferrari, une montre à 387 630 $ et des « millions de dollars » de meubles et vêtements de designer.

En plein divorce, il aurait dépensé 8,7 millions $ en luxes divers.

Et avec 4 millions $ dans son compte Schwab, il aurait investi dans le Dogecoin, transformant cette somme en 27 millions $!!!

De l’argent perdu, de l’argent gagné et une demande de 14 millions $

Netflix a écrit le projet comme une perte, tandis que Rinsch, dans une tournure surréaliste, accuse Netflix de rupture de contrat et réclame 14 millions $.

Une histoire d’Hollywood digne d’un film, où même les investissements dans le Dogecoin peuvent parfois surprendre.