Aller au contenu

Pourquoi ce millionnaire de l’immobilier préfère la vie en tant que locataire?

Vous savez, certaines personnes économisent toute leur vie pour acheter une maison.

Et d’autres… eh bien, ils vendent des maisons de plusieurs millions de dollars à Leonardo DiCaprio, et pourtant, ils ne possèdent rien d’autre qu’un bail locatif.

Enter: Luis D. Ortiz.

La vie sans hypothèque

Luis, notre millionnaire de télé-réalité préféré, est peut-être un génie de l’immobilier, mais il n’a jamais été intéressé par le petit morceau de paradis que l’on appelle « maison ».

Même s’il est passé maître dans l’art de vendre des propriétés extravagantes, il affirme n’avoir jamais eu la moindre envie de s’installer.

Pourquoi?

Parce que louer c’est comme avoir un abonnement illimité à Netflix. On peut zapper quand on veut!

La logique de Luis?

« Posséder des choses signifie parfois que les choses finissent par vous posséder. »

Profond, non?

En gros, il n’aime pas être attaché. Et avec la location, il est libre comme l’air.

Aujourd’hui, New York, demain, Paris. Peut-être Tokyo la semaine prochaine?

Les rêves écrasés d’autres propriétaires

Notre cher Luis a vu de ses propres yeux les rêves immobiliers de célébrités se transformer en cauchemars.

LIRE   Même les millionnaires pensent que le restaurant de Salt Bae est trop cher!

Les maisons qu’ils ne pouvaient pas vendre, les occasions manquées, les souvenirs de visites interminables avec des agents immobiliers en costume.

Et maintenant?

Après avoir vendu des propriétés dignes de châteaux à des acteurs et chanteurs mondialement célèbres, Luis a fait ses valises et s’est envolé pour Paris.

Là-bas, il vit la belle vie, profitant de chaque instant, et… louant toujours, évidemment!

Mais attendez, l’histoire ne s’arrête pas là!

Luis prévoit un retour à Los Angeles. Pourquoi?

Pour lancer sa propre émission de téléréalité.

Après tout, pourquoi acheter une maison quand on peut avoir une chaîne de télévision?

Alors, la prochaine fois que vous vous sentirez mal à l’idée de payer un loyer, rappelez-vous de Luis D. Ortiz.

Qui a besoin d’une maison quand on a la liberté?