Aller au contenu

Bill Gates dit qu’il était paresseux et qu’il n’aimait pas l’école quand il était jeune

Voilà un récit étonnant de la part de l’homme à la tête de la fameuse société Microsoft, où Bill Gates se révèle être… paresseux!

Ah, si seulement la paresse pouvait faire de nous tous des milliardaires!

La confession de Gates: « J’étais un paresseux en mathématiques »

Dans le dernier épisode de son podcast Unconfuse Me, Gates s’est ouvert sur son éducation et son manque de motivation initiale.

En conversant avec Sal Khan, le fondateur de Khan Academy, ils ont partagé une blague ou deux sur la façon dont les intelligences artificielles pourraient encourager les enfants paresseux comme Gates à apprendre.

« Quand j’étais jeune, j’étais plutôt fainéant en maths, » avoua Gates, 67 ans.

Un enseignant en 4ème le réprimanda un jour: « Pourquoi es-tu si paresseux? Tu pourrais être vraiment doué! »

À quoi Gates répondit: « Mais nous ne faisons rien d’intéressant. »

Voilà la sagesse d’un futur milliardaire!

Harvard? Non merci, Je préfère fonder Microsoft

Abandonnant Harvard en 1975, Gates préféra se lancer dans l’aventure Microsoft avec son cofondateur Paul Allen.

LIRE   Elon Musk refuse de laisser ses 10 enfants diriger ses entreprises après sa mort

Pourtant, il parle de Harvard comme d’une « expérience formidable », mais ne voulait pas manquer la révolution informatique.

De la paresse à l’acharnement… et retour à la détente

Après avoir été étudiant paresseux, Gates devint un travailleur acharné, allant jusqu’à concourir pour dormir le moins possible.

Il considérait le sommeil comme « de la paresse et de l’inutile. » Un changement drastique, n’est-ce pas?

Mais aujourd’hui, il suit son score de sommeil quotidiennement pour préserver sa santé mentale. Peut-être que la paresse a gagné finalement?

Alors, si vous vous sentez paresseux et rêvez de devenir milliardaire, rassurez-vous, il y a un espoir!

Il suffit peut-être d’un bon enseignant, d’un peu de génie et d’une once de folie. Comme le dit le proverbe: « La paresse, c’est la sagesse des fous! »

Ou peut-être l’ai-je simplement inventé?