Aller au contenu

Cette patronne partage ses bénéfices avec les employés et reçoit le même salaire qu’eux

Dans un monde où les patrons sont souvent perçus comme de voraces Scrooge, Madeline Pendleton, gérante d’un magasin vintage à Los Angeles, s’élève tel un phénix de l’égalité salariale.

Cette généreuse propriétaire d’entreprise a choisi de partager ses bénéfices avec ses employés, percevant le même salaire que chacun d’entre eux.

Eh bien oui, qui a dit que les patrons devaient forcément être des grincheux?

La stratégie du « tous pour un, un pour tous »

Madeline a dévoilé sa méthode révolutionnaire et hilarante sur TikTok, expliquant qu’elle verse à chacun un salaire journalier de 250 $.

Les employés à temps plein travaillent quatre jours par semaine, et les travailleurs à temps partiel deux jours.

En somme, cette stratégie a l’air de sortir tout droit d’un film de Robin des Bois moderne, avec une touche de comédie!

Un salaire « chic » pour tous, sans distinction

Avec un salaire annuel de 70 200 $ pour les travailleurs à temps plein, Madeline reconnaît que cela peut sembler « très chic ».

Mais attention, ils ne sont que dans la classe moyenne inférieure à Los Angeles.

LIRE   Rencontrez Bernard Arnault, l'homme qui a vaincu Elon Musk pour devenir le plus riche du monde

Toutefois, cela semble suffisant pour la plupart des employés, car, comme le dit si bien Madeline, ils sont habitués à être pauvres.

Des bénéfices qui roulent… pour tout le monde!

En plus de leur salaire, Madeline soutient également ses employés en dehors du travail.

Après un énorme profit réalisé lors d’une vente récente, elle a acheté une nouvelle voiture à ceux qui en avaient besoin et remboursé les prêts automobiles des autres.

Une boss qui prend soin de ses employés et qui ne garde aucun profit pour elle-même?

Décidément, Madeline est une patronne qu’on aimerait tous avoir!

En conclusion, Madeline Pendleton est la preuve vivante qu’une patronne généreuse peut faire bouger les lignes de l’égalité salariale.

Qui sait, peut-être que cette histoire inspirera d’autres dirigeants à adopter une approche plus équitable et amusante?

En attendant, rions et saluons cette patronne pas comme les autres.